dimanche 30 mars 2014

VOILA POURQUOI LA NDP N'A PAS PARTICIPE AUX MUNICIPALES A NICE..

Philippe VARDON               
4,43% 5095 voix          


Jacques PEYRAT
3,69% 4239 voix


Michel COTTA
0,53% 610 voix

Incapables de s'unir, les diffèrentes listes de droite nationale ont eu de faibles résultats à Nice.
La NDP n'a pas voulu rajouter de la division, à la division. Sans le rassemblement de toutes nos forces, sans l'union de toutes les composantes de la droite nationale, populaire, identitaire et sociale, nous ne pouvons envisager de scores honorables.

Nous devons oeuvrer, dès aujourd'hui, au rassemblement, pour construire une vraie alternative.
Pour faire FRONT, faisons l'union!


 

 
 
 

mercredi 12 mars 2014

A VÉNISSIEUX, UNE LISTE NATIONALISTE. MARINE LE PEN CHERCHE À L’INTERDIRE

 
 
La raison ? : Elle porte le nom de « Vénissieux fait Front », ce qui amène la présidente du FN à déclarer : « Il est clair que la dénomination de cette liste constitue un acte de parasitisme du nom “Front national”, parasitisme autant juridique que politique ». Faisant appel au préfet du Rhône, Jean-François Carenco, un adversaire acharné des nationalistes, elle lui écrit qu’« il est tout aussi clair que le Front national n’a rien de commun avec les parasites qui animent cette liste », et lui demande « pour cette raison de [lui] refuser le matériel électoral ». Yvan Benedetti est le président de l’Œuvre française, groupement aujourd’hui dissous administrativement (depuis juillet 2013) et actuel chef du groupe municipal qui porte le nom de « Faire Front », à Vénissieux, ce qui lui confère une certaine légitimité dans l’utilisation de ce sigle. Il réplique à Marine Le Pen : « Notre liste ne s’appelle pas le “Front national”, que je sache » Il pourrait aussi rappeler que « Faire Front » était, en 1974, le titre du journal dirigé par Alain Robert qui allait donner naissance au Parti des Forces Nouvelles (PFN), qui fut longtemps un concurrent du Front, et qui obtint à une époque de meilleurs résultats électoraux que lui. Quant à Alexandre Gabriac, ex-dirigeant des Jeunesses nationalistes, autre mouvement également dissous par le ministre de l’Intérieur en même temps que l’Œuvre, il explique : « Cela ne m’étonne pas de sa part. Marine Le Pen a toujours cherché à monopoliser la parole de la droite nationale. C’est vraiment une manœuvre ridicule. » D’autant plus ridicule que le responsable départemental du FN, Christophe Boudot, a été dans l’incapacité de monter lui-même une liste, faute de candidats. Alors ? Où est le “parasitisme” ? D’autant que l’expression « faire front » n’est pas une marque déposée… Comme le note fort justement Philippe Randa dans sa chronique, Marine Le Pen avait-elle vraiment intérêt à se lancer dans cette polémique, au risque que les électeurs découvrent qu’elle est incapable de monter une liste dans cette grande ville de la banlieue lyonnaise, où le FN était pourtant présent aux élections précédentes, obtenant deux élus (dont Yvan Benedetti) ? Toujours est-il que le préfet a été dans l’obligation de valider la liste. Il a cependant transmis le dossier au procureur qui va vérifier si aucun candidat n’a été obligé de signer, un pistolet sur la tempe…
 
Robert SPIELER
RIVAROL N° 3131 du 6 mars 2014
 
POUR SOUTENIR "VENISSIEUX FAIT FRONT"

DEFENDS TON IDENTITE !