samedi 18 mars 2017

Hommage à François Duprat

1048125000.jpg
Matin du samedi 18 mars 1978, veille du second tour d'élections législatives, François Duprat, membre de la direction du Front national et théoricien du nationalisme révolutionnaire, est assassiné sur une route de Normandie alors qu'il se rendait, accompagné de son épouse, au lycée où il enseignait. Sa voiture avait été piégée. Les criminels n'ont jamais été arrêtés...
Sur l'engagement nationaliste révolutionnaire et sur la vie de François Duprat : lire la Cahier d'Histoire du nationalisme (n°2) qui lui est consacré cliquez ici
Le commander en ligne cliquez là

samedi 11 mars 2017

La Hongrie rétablit la détention systématique des « migrants »

Le fait que cette nouvelle mesure soit considérée comme exceptionnelle témoigne de la mauvaise situation actuelle. Le fait qu’elle se produise témoigne d’un climat politique qui évolue dans le bon sens – la Hongrie a de l’avance sur nous, mais nous nous dirigeons dans la même direction.

AFP :
Le Parlement hongrois a voté mardi pour rétablir la mise en détention systématique de tous les demandeurs d’asile présents dans le pays, une mesure supprimée en 2013 sous la pression de l’Union européenne et du Haut commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR).
La nouvelle loi, adoptée à une large majorité par 138 voix contre 6 et 22 abstentions, prévoit que les migrants seront placés dans des « zones de transit » aux frontières serbe et croate, où il seront détenus dans l’attente d’une décision définitive concernant leur demande d’asile. Il leur sera possible de quitter les lieux s’ils retournent dans le pays par lequel ils sont arrivés.
L’an dernier, les premiers travaux de construction de ces centres avaient suscité une vive alarme : à quoi bon des centres de transit si on ne prévoit pas la reprise d’un flux d’envahisseurs ?
Il s’avère heureusement que ces craintes n’étaient pas fondées.
« Nous sommes en état de siège », a estimé mardi le Premier ministre conservateur Viktor Orban, lors d’une cérémonie de prise de fonctions de 462 nouveaux gardes-frontières. « La tempête (migratoire) ne s’est pas dissipée, elle s’est juste provisoirement calmée », a-t-il estimé.
Cette privation de liberté s’appliquera tant aux nouveaux venus qu’aux demandeurs d’asile déjà hébergés dans le pays, au nombre de 586 en février.
[…]
La Hongrie avait renoncé en 2013 à la détention systématique des migrants sous la pression notamment de l’UE, du HCR et de la Cour européenne des droits de l’Homme.
Autant d’organismes supra-nationaux qui exploitent le droit-de-lhommisme afin de promouvoir le mondialisme et de marginaliser les Blancs.
[…]
Le Premier ministre, qui s’est érigé depuis deux ans en fer de lance européen de la lutte contre l’immigration, qu’il a comparée à un « poison », a souligné mardi que la Hongrie ne pouvait « compter que sur elle-même » pour défendre ses frontières.
La Hongrie a érigé à l’automne 2015 une clôture anti-migrants à ses frontières serbe et croate, après avoir été un des principaux pays de transit pour les réfugiés cherchant à gagner l’ouest de l’Europe. Elle n’a depuis cessé de renforcer sa législation contre l’immigration, même si le flux s’est largement tari.
[…]
Le HCR s’est dit « profondément préoccupé » par l’adoption de la nouvelle législation hongroise, soulignant qu’elle « viole les obligations de la Hongrie vis-à-vis des lois internationales et européennes ».
« En pratique, cela signifie que tout demandeur d’asile, y compris les enfants, sera détenu dans des conteneurs entourés de hautes clôtures barbelées à la frontière, pour de longues périodes », a souligné l’organe onusien.
S’ils fuient réellement des risques de mort et de torture, ils seront bien prêt à supporter cela. Si leur but est d’aller se gaver en Allemagne, en effet, cela sera plus gênant pour eux.
Le Comité d’Helsinki Hongrie a également vivement critiqué la nouvelle loi, jugeant que « la Hongrie parachève sa politique consistant à ignorer totalement ses obligations selon le droit européen et international et à piétiner les droits des demandeurs d’asile ».
Elle préfère s’occuper des intérêts de ses citoyens. Les traités internationaux, ça se renégociera.
[…]
La Hongrie érige actuellement une deuxième barrière antimigrants à sa frontière serbe, parallèle aux barbelés de la première et équipée de caméras thermiques ainsi que d’alarmes. Le pays a vu 345 migrants arriver depuis le 1er janvier 2017, selon le ministère de l’Intérieur.
La première barrière était assez rudimentaires et de nombreux envahisseurs parvenaient encore à la franchir. C’est un changement bienvenu.

DEFENDS TON IDENTITE !